Addendum

Europe of Nations and Freedom Group

(34 MEPs displayed)

Deliberations of the Committee on Petitions 2017
A8-0404/2018:


Gerolf
ANNEMANS
 ABSTENTION
Marie-Christine
ARNAUTU
 AGAINST (+) En 2017, 1 271 pétitions ont été reçues, contre 1 569 en 2016, dont 776 (soit 60,2 %) ont été déclarées recevables. Le nombre de pétitions annoncées est faible au regard de la population européenne et le rapporteur attribue cette évidence à la méconnaissance de l’instrument par la majorité des citoyens. Cette analyse est juste, mais les raisons de cette méconnaissance sont mal analysées. Les citoyens se désintéressent de ce mécanisme et ne se font pas d’illusions sur la portée d’une pétition au niveau européen.
Le mécanisme de la pétition européenne est un outil de communication des institutions visant à faire croire à une écoute des citoyens de leur part. Il s’agit moins d’entendre les plaintes que d’afficher l’existence d’un prétendu mécanisme de traitement et faire penser que le fonctionnement de l’Union est démocratique.
J’ai voté contre ce rapport.
Janice
ATKINSON
 (absent)
Nicolas
BAY
 AGAINST
Dominique
BILDE
 AGAINST
Mara
BIZZOTTO
(none)
Mario
BORGHEZIO
(none)
Marie-Christine
BOUTONNET
 AGAINST
Steeve
BRIOIS
(none)
Angelo
CIOCCA
 (absent)
Jacques
COLOMBIER
 (absent)
Marcel
de GRAAFF
 (absent)
André
ELISSEN
 AGAINST
Jean-François
JALKH
 (absent)
France
JAMET
 AGAINST
Barbara
KAPPEL
 ABSTENTION
Danilo Oscar
LANCINI
(none)
Gilles
LEBRETON
 AGAINST (+) J'ai voté contre ce rapport, car le mécanisme de pétition européenne qu'il défend n'est qu'une coquille vide, qu'un outil de communication visant à faire croire que la Commission de Bruxelles est à l'écoute des citoyens, alors que ce n'est pas du tout le cas.
Christelle
LECHEVALIER
 AGAINST (+) Les chiffres annoncés sont faibles au regard de la population européenne et le rapporteur attribue cette évidence à la méconnaissance de l’instrument par la majorité des citoyens. Cette analyse est juste, mais les raisons de cette méconnaissance sont mal analysées. Les citoyens se désintéressent de ce mécanisme et ne se font pas d’illusions sur la portée d’une pétition au niveau européen.
Il faut donc considérer le mécanisme de la pétition européenne comme un outil de communication des institutions visant à faire croire à une écoute des citoyens de leur part. Il s’agit moins d’entendre les plaintes que d’afficher l’existence d’un soi-disant mécanisme de traitement et faire penser que le fonctionnement de l’Union est démocratique.
Pour ces raisons, je m'y suis opposée.
Philippe
LOISEAU
 AGAINST (+) En 2017, 1 271 pétitions ont été reçues, et 776 (soit 60%) ont été déclarées recevables. La fréquentation du portail internet de ces pétitions est en nette augmentation. Les principaux domaines qui intéressent les utilisateurs sont l’environnement, le handicap et l’enfance. Ce rapport décrit le droit de pétition comme un élément essentiel de la participation des citoyens au processus démocratique de l’Union et estime qu’à ce titre, il doit être encouragé. Les chiffres avancés sont cependant faibles au regard du total de la population européenne, ce qui s’expliquerait par la méconnaissance de l’instrument par les citoyens. Si cette constatation est vraie, la raison réelle de l’absence d’utilisation des pétitions est claire: les citoyens ne se font pas d’illusion sur la portée de leur action au niveau européen. Le mécanisme ne sert aux institutions qu’à faire croire à une écoute attentive des préoccupations de la société civile. Le fonctionnement de l’Union européenne est anti-démocratique, et nous n’avons pas besoin de tels rapports, qui tentent de nous persuader du contraire. Les citoyens ne sont pas, et ne seront jamais écoutés dans l’Europe technocratique de Bruxelles. Je me suis donc opposé à cette hypocrisie.
Dominique
MARTIN
(none) (+) J’ai voté contre ce texte.
Ce texte a pour objectif de d’améliorer les outils de communication et de faire en sorte que les pétitions soient traitées plus rapidement, car elles sont considérées comme un élément crucial de la participation active des citoyens de l’Union. En 2017, 1 271 pétitions ont été reçues, contre 1 569 en 2016, dont 776 (soit 60,2 %) ont été déclarées recevables. Les chiffres annoncés sont faibles au regard de la population européenne et le rapporteur pense que c’est dû à la méconnaissance de l’instrument par la majorité des citoyens, alors que c’est dû à la portée, quasi nulle, d’une pétition au niveau européen.
Michał
MARUSIK
 ABSTENTION
Georg
MAYER
 ABSTENTION (+) Für eine direkte und partizipative Demokratie sind Petitionen sehr wichtig. Die Sanktionierung von Vertragsverletzungen, welche die Kommission fordert, ist zwar positiv zu bewerten, andererseits wäre eine „starke“ Kommission nicht im Interesse sich selbst bestimmender Nationen. Damit wäre auch die Verweigerung einer erzwungenen Aufnahme von Flüchtlingen schwieriger. Deshalb habe ich mich bei diesem Bericht enthalten.
Joëlle
MÉLIN
 AGAINST (+) Il faut considérer le mécanisme de la pétition européenne comme un outil de communication des institutions visant à faire croire à une écoute des citoyens de leur part. Le but est de faire penser que le fonctionnement de l’Union est démocratique.
J’ai tout naturellement voté contre.
Franz
OBERMAYR
 ABSTENTION (+) Petitionen sind ein wichtiges Instrument der direkten und partizipativen Demokratie, und der Vorschlag, Vertragsverletzungen zu sanktionieren, ist einerseits positiv zu bewerten, andererseits würde eine so gestärkte Europäische Kommission die Souveränität der Nationalstaaten untergraben können.
Marcus
PRETZELL
 ABSTENTION
Jean-Luc
SCHAFFHAUSER
(none)
Giancarlo
SCOTTÀ
(none)
Olaf
STUGER
(none)
Mylène
TROSZCZYNSKI
 AGAINST
Harald
VILIMSKY
 ABSTENTION
Marco
ZANNI
(none)
Auke
ZIJLSTRA
 AGAINST
Stanisław
ŻÓŁTEK
 (absent)